Extrait d’Alice au Pays des Merveilles*

Chapitre Cinq

Conseils d’une Chenille

La Chenille et Alice se regardèrent un bon moment en silence. Finalement, la Chenille retira son narguilé de sa bouche, puis demanda d’une voix languissante et endormie :
– Qui es-tu ?
Ce n’était pas un début de conversation très encourageant. Alice répondit d’un ton timide:
– Je… Je… ne sais pas très bien, madame, du moins pour l’instant… Je sais qui j’étais quand je me suis levée ce matin, mais je crois qu’on a dû me changer plusieurs fois depuis ce moment-là.
– Que veux-tu dire ? demanda la Chenille d’un ton sévère. Explique toi !
– Je crains de ne pas pouvoir m’expliquer, madame, parce que je ne suis pas moi, voyez-vous !
– Non, je ne vois pas.
– J’ai bien peur de ne pas pouvoir m’exprimer plus clairement, reprit Alice avec beaucoup de politesse, car, tout d’abord, je ne comprends pas moi-même ce qui m’arrive, et, de plus, ça vous brouille les idées de changer si souvent de taille dans la même journée.
– Pas du tout.
– Vous ne vous en êtes peut-être pas aperçue jusqu’à présent ; mais, quand vous serez obligée de vous transformer en chrysalide (ça vous arrivera un de ces jours, vous savez), puis en papillon, je suppose que ça vous paraîtra un peu bizarre.
– Certainement pas.
– Il est possible que ça ne vous fasse pas cet effet-là, mais, tout ce que je sais, c’est que ça me paraîtrait extrêmement bizarre, à moi.
– À toi ! S’exclama la chenille d’un ton de mépris. Et qui es-tu, toi ?
Ce qui les ramenait au début de leur conversation.

La Chenille
Illustration originale de Sir John Tenniel

* Lewis Carroll, Alice au Pays des Merveilles, Traduit de l’anglais par Jacques Papy; illustrations de Sir John Tenniel. Éditions Gallimard Jeunesse, 1996. (1ère édition, Alice’s Adventures in Wonderland, Macmillan and Co Ltd, Londres, 1866)

https://www.demotivateur.fr/article/salvador-dali-lewis-carroll-walt-disney-alice-pays-merveilles-annivers-7340

Ce n’est un secret pour personne. Les peintures de Salvador Dalí, maître du surréalisme, sont un mélange unique entre créatures issues du fantastique et formes abstraites. En y regardant de plus près, certaines toiles semblent étonnamment se rapprocher de l’univers d’une œuvre que tout le monde connaît : « Alice au pays des merveilles. » Et pour cause, ce que peu de gens savent, c’est que les chemins de Lewis Carroll, celui qui a écrit le célèbre conte en 1865, et Salvador Dalí… se sont bel et bien « croisés ».

En 1960, la maison d’édition Random House demande au peintre ibérique d’illustrer le livre. Ce n’est que neuf ans plus tard, en 1969, que l’éditeur sort une première version du bouquin avec les 12 peintures de Dalí, correspondant aux 12 chapitres. Il n’en existe qu’un seul exemplaire, signé de la main de l’artiste.

Conseils d’une Chenille, l’une des 12 héliogravures créées par Salvador Dali, pour l’œuvre de Lewis Carroll (1969, Éditeur Random House)