Où il est question du chat Bruno, du chat Imhotep, et d’un chat qui disparaissait, ne laissant que son sourire.

26 février 2018: notre chat Bruno est mort …

Son nom « officiel » c’était Bruno, notre gars Bruno. Mais le plus souvent on l’appelait « Brubru », ou encore « Chatounet ». Il comprenait tous ses prénoms, ou aucun, mais quelle importance? Il nous connaissait, nous attendait, nous suivait.

Il y a quelques jours, je l’ai vu traverser la rue à toute vitesse, il avait peut-être reconnu la voiture, alors que nous revenions, prêts à tourner pour rentrer dans la cour. J’ai eu peur qu’un jour il se fasse ratiboiser par une bagnole. Eh bien non, et tant mieux d’ailleurs.

Il était né en août 2009, dans une portée de 3 chatons. Sa mère s’appelait Felice, le père: inconnu (les chats sont des pères démissionnaires, ils ne pensent qu’à eux).

Felice, 2009.

Donc il avait seulement 8 ans et demi, et on l’a trouvé ce matin dans la cuisine, pas malade, pas blessé, juste mort pendant qu’on dormait.

C’était un chat gentil, (presque) affectueux, curieux des gens, un genre de chat-chien. Très fainéant, un peu goinfre mais ça allait, comme tous les chats je crois.

CAM00068CAM00069

Pour Bruno, the place to be (quelques exemples seulement …):

Bruno défendait son territoire, allant parfois bravement à la baston. Cela lui avait valu quelques égratignures, et un œil un peu abîmé. Il avait même été opéré une fois chez le véto suite à une blessure de guerre. Il nous ramenait à l’occasion des oisillons (le salaud!) des oiseaux un peu plus gros parfois, ou des musaraignes du jardin. Parfois il a eu des mots avec des orvets, ils ne se comprenaient pas.

En février, récemment, il y a eu des prémices de printemps, et Bruno avait entrepris une nouvelle veille dans le jardin, près de l’arbrisseau porteur des boules de graisse pour l’hiver des oiseaux. Ils venaient quand même, à son nez et à sa barbe. Mais c’était un devoir d’observation sans fin que Bruno se donnait, dès les frémissements des bourgeons. Observer la vie et les mœurs des oiseaux était son travail de chat, des heures durant.

Depuis le début de la vague de froid qui nous assaille ces jours-ci, il était juste un peu moins actif, dormait beaucoup, peut-être trop. Mais c’est tout ce qu’on peut dire, car il n’était pas malade. Et on ne sait pas pourquoi il nous a abandonnés comme ça, le cruel.

Bref, il nous manquera, notre Brubru.

DSC_0045

Bruno est mort presque en même temps qu’Imhotep, le fameux « chat du rabbin », de Joann Sfarr. Imhotep, lui, avait 18 ans! Bruno et lui sont maintenant de vieux potes.

Vu sur « Twitter » le 23 février 2018:

Joann Sfar

Joann Sfar a annoncé le mort d’Imhotep, le matou de la B.D. « Le chat du rabbin » …

Une star de la BD vient de s’éteindre… Imhotep, le chat qui a inspiré à Joann Sfar, 46 ans, sa série à succès, « Le chat du rabbin », est parti tranquille, juste usé par les années. L’auteur l’a annoncé vendredi soir sur son compte Twitter, via quelques mots et un dessin hommage à ce compagnon.

Le Groumph‏ @LeGroumph 23 févr. En réponse à @joannsfar: « On les recueille bébés, on les regarde grandir, parfois on les éduque, parfois ils nous éduquent. Ils sont nos meilleurs amis, toujours là pour nous. Et le temps d’un éclair, alors qu’ils faisaient partie de notre famille, ils nous abandonnent. Leur cruauté est sans limites ».

MrChat_511

Et cette fois, le Chat disparut très lentement, en commençant par le bout de la queue et en finissant par le sourire, qui resta un bon bout de temps quand tout le reste eut disparu.
« Ma parole ! pensa Alice, j’ai souvent vu un chat sans un sourire, mais jamais un sourire sans un chat !… C’est la chose la plus curieuse que j’aie jamais vue de ma vie! »

Lewis CARROLL, Les aventures d’Alice au Pays des Merveilles, traduction de Jacques PAPY, Éditions Gallimard Jeunesse, 1996. Alice’s Adventures in Wonderland, 1ère édition par McMillan&Co, 1866.

Illustration de John Tenniel
Illustration de Sir John Tenniel

All right, said the Cat; and this time it vanished quite slowly, beginning with the end of the tail, and ending with the grin, which remained some time after the rest of it had gone.

« Well, I often seen a cat without a grin », thought Alice, « but a grin without a cat! It’s the most curious thing I ever saw in my life! »

**********