Le 13 novembre 2015, des attentats meurtriers ont eu lieu à Paris.

Ils ont touché des lieux de fête et de convivialité, des lieux culturels : terrasses de café, salle de concerts, lieux vivants de la jeunesse. Après les attentats, pour contrer l’abîme, l’horrible impuissance après le traumatisme, je fais appel à un souvenir.

Au théâtre Mon Désert à Nancy, en juin 2011, les élèves du Conservatoire présentaient « Le songe d’une nuit d’été » de William Shakespeare. Ma fille jouait une Reine des Fées solaire dans cette pièce nocturne, mise en scène avec M. Boutros El Amari, leur professeur.

Cette représentation a symbolisé pour moi la poésie et le rêve, la joie, et surtout la liberté et la créativité de la jeunesse.
En ces jours de tristesse profonde, d’incertitude, je voulais juste rappeler ce souvenir heureux.

songe-montage-2