Passeurs de mots

CITATIONS …

« La littérature est une vigie qui nourrit mon intranquillité » Christiane TAUBIRA

 

Citation GIDE André GIDE

« Rien ne nous appartient, nous avons tout en partage. »

 

« On trouve toujours un arrangement avec la réalité, c’est le grand avantage des romanciers » Pierre LEMAITRE, Préface à « Rosy & John »,  dans la Trilogie Verhoeven, Le Livre de Poche, 2015.

« L’écrivain est quelqu’un qui arrange des citations en retirant les guillemets » Roland BARTHES (Cité par Pierre LEMAITRE)

« De quoi vit l’homme? Il vit de l’homme, tout en le pillant, cognant, saignant et massacrant! L’homme est un loup pour l’homme, mais il oublie souvent que lui aussi, il est un homme. » Bertolt BRECHT , L’Opéra de Quat’sous.

« L’expérience est une lampe que l’on porte dans le dos, elle n’éclaire que le chemin parcouru ». CONFUCIUS

Slogans du site, passés et à venir, catégories …

Chemin faisant …

Garder l’esprit en éveil

Avoir voix au chapitre

Vu sur Terre

Les Passeurs

Mots et merveilles

Marmite de mots

À la bonne marmite

Du grain à moudre

EXTRAITS D’AUTEURS …

  • Sur les médias « hologrammes » (Jean-Claude GUILLEBAUD) :

« De modestes affaires apparaissent incontournables aux yeux de tous, précisément parce que les autres en ont jugé ainsi. L’énormité toute provisoire d’un événement doit souvent beaucoup plus à cette mécanique de l’imaginaire collectif qu’à une réflexion minimale. » Jean-Claude GUILLEBAUD, article cité ci-dessous.

A propos des médias- hologrammes les uns des autres, traitant des mêmes sujets qui sont parfois des « riens », s’auto-référençant indéfiniment –  Jean-Claude GUILLEBAUD cite George STEINER : celui-ci parle des « éclaboussures du bruit ». Et GUILLEBAUD complète en disant : « Des éclaboussures dont il faudrait à tout prix nous préserver, car elles portent en elles la médiocrité » (in TéléObs, « L’hebdo des médias », 17 08 2017)

  • De Pierre LEMAITRE, « La Trilogie Verhoeven, Livre 2, Alex »

«  Camille a expliqué qu’il préférait être seul, il ne voulait pas entraîner Louis dans sa tristesse. « Ce n’est pas une fréquentation bien intéressante un policier triste », a-t-il dit. Ça leur a fait de la peine à tous les deux d’être ainsi séparés. Et puis le temps a passé. Ensuite, quand les choses ont commencé à aller mieux, c’était trop tard. Passé le deuil, ce qui reste est un peu désertique. » (p. 411)

« Sur le portrait-robot de l’Identité, elle est devenue une personne. Une photo, ce n’est que du réel. Un dessin, c’est de la réalité, la vôtre, habillée par votre imaginaire, vos fantasmes, votre culture, votre vie. » (p. 521)

(Ed. Le Livre de Poche, 2015) ISBN : 978-2-253-18950-3